•  

    Médicaments, pilules, potions ?

     

    Avec le sourire elle s'enquiert.

     

    Rieuse et douce, voici Marion.

     

    Ici, elle trouve sur l'étagère,

     

    où se cachait le petit flacon,

     

    Nos médications, quelle nous sert.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • En hommage aux victimes de tous les attentats :

     

    ATTENTAT

     

     

     

     

     

    Comment dire l'indicible ?

     

    Car la douleur vient

     

    quand on prend pour cibles

     

    nos frères, les humbles gens.

     

     

     

     

     

    Un meurtrier joue aux quilles

     

    avec des êtres humains,

     

    le monde tremble et vacille,

     

    de quoi sera fait demain ?

     

     

     

     

     

    on ne peut croire ses yeux

     

    devant de telles atrocités,

     

    des actes si monstrueux

     

    qui ensanglantent nos cités.

     

     

     

     

     

    Quand azur et sang se mêlent

     

    ( brèche dans l'humanité )

     

    retrouvons les mots rebelles

     

    que sont union et fraternité.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Gérard Paturaud

     

    18/7/2016

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Ce matin, je me suis levé tôt, comme d'habitude. Coup d’œil dans la salle à manger : les chiffres rouges, sur ma box, affichaient 5h39. Tournant la tête à gauche, dans la cuisine, j'ai vu que les chiffres verts de la gazinière proposaient 5h43 ! Je venais de faire un bond de 4 minutes dans le futur ! Un petit bond pour moi, mais un grand sot pour l'Humanité…
    … Et puis mon épouse m'a dit que j'étais encore dans la lune, et qu'il faudrait que je redescende sur terre…
    C'est ce que j'ai fait. Demain, en inversant certains paramètres, j'essaierais d'aller dans le passé.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Les nuages bousculés par le vent

     

    nous apportent la pluie

     

    ce n'est pas si souvent

     

    que notre soleil luit.

     

     

     

    On ne voit plus la fin

     

    de ce printemps morose

     

    où manquent les parfums

     

    du jasmin et de la rose.

     

     

     

    À l'heure blême du réveil

     

    où l'on voudrait dire non

     

    il manque toujours du soleil

     

    pour enflammer l'horizon

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Le temps frais et mucre

     

    de mon coin ambertois

     

    d'un petit peu de sucre

     

    a saupoudré les toits.

     

     

     

    Le froid très acerbe

     

    là, devant l'hôpital

     

    a blanchi l'herbe ;

     

    mars devient brutal.

     

     

     

    Où es-tu, printemps ?

     

    Tu te fais désirer,

     

    toi que l'on t'attend,

     

    et qu'on veut admirer.

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires