• Dans cette salle vide où reposent nos œuvres

    ce 8 août est un bide, j'attends, je me désoeuvre

    au loin des enfants jouent, rires, cris perçants

    je ne vois pas le bout de ce jeudi lassant

    fausse impression, des gens sont dans la salle

    regardent l'exposition et … se font la malle

    nos voix emmêlées ont fait alliance,

    j'ai branché le CD pour faire l'ambiance

    mais patatras il refuse de passer

    une seconde fois, là je suis dépassé

    deux personnes encore ce n'est pas la foule

    c'est pas tout-à-fait mort mais c'est très cool

    jettent un œil distrait, ne disent pas un mot

    mouvement de retrait, nous tournent le dos

    plus d'acribologie, j'écris des banalités

    morne jeudi, moi je me sens vidé.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Le jour doucement se lève,

    matin comme il y en a tant

    mais c'est un mauvais rêve

    car vient le Léviathan

     

    Dragon mythique, souffle torride

    comme en Afrique l'harmattan

    qui dessèche , nous ride

    et nous laisse pantelant

     

    Ce monstre que l'on craint

    mais c'est la canicule

    qui nous souffle, nous étreint

    et nous laisse sur le cul

     

    (Oui, cest une rime facile

    et qui n'est que visuelle

    mais mon cerveau sénile

    connaît des pannes cruelles)

     

    Le dérèglement climatique

    nous frappe, nous écorne,

    nos gouvernants cyniques

    sont d'une cupidité sans borne*

    ils sont trop exigeants

    et pillent la planète

    exploitant les gens,

    ramassant la galette.

     

     

     

     

    * Si, on en connaît au moins une ...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Jadis Paul Fort disait :

    « le bonheur est dans le pré,

    là, sur ce petit sourcelet ».

    Pour voir, j'y suis allé.

     

    J'ai couru vers le pré

    (il fallait que je sache)

    en courant j'ai glissé

    sur une bouse de vache.

     

    Et, le nez dans l'herbe

    à cause de ce malheur,

    je me suis écrié : « merde,

    c'est vraiment ça le bonheur ?»

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Joyau issu de la fange où dorment les dieux

    une fleur orange s'offre ainsi à nos yeux.

    Elle va prendre son envol car elle s'apprête à vivre

    et déploie sa corolle comme on ouvre un livre.

    De son cœur safrané protégé en son sein

    sourd un parfum sucré qui peut être assassin.

    Fleur

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • égérie, ma muse

    ange qui veille au ciel

    et je ris et m'amuse

    de ce qui fait mon miel :

     

     

    Je vois une femme noire

    qui soudain flanche

    et, peut-on le croire ?

    Elle est tuée à l'arme blanche !

     

     

    Quand pourra-t-on voir,

    couché sur le flanc,

    un homme blanc

    tué à l'arme noire ?

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires