•  

     

    De ma puissante étrave,

     

    j’ai ouvert les fleuves

     

    et fendu les océans.

     

    Certains mouraient

     

    dans mon sillage

     

    effervescent.

     

    J’ai offert mon torse

     

    aux soleils inventés,

     

    piétiné de mon insolence

     

    les envieux qui voulaient

     

    m’arrêter.

     

    Je me suis brûlé aux astres

     

    incandescents,

     

    j’ai hurlé dans le vide

     

    du désastre velouté

     

    des étoiles,

     

    et pleuré quand seuls

     

    tissaient leur toile

     

    les phosphènes de mes yeux.

     

    Puis j’ai sombré dans

     

    tous les Enfers

     

    qu’ils soient pavés

     

    de bonnes intentions

     

    Ou non.

     

    J’ai erré de rue en rue

     

    de rut en rut

     

    ma renommée précédait

     

    ma turgescence

     

    et j’étais bouc, satyre et Priape,

     

    j’écumais les lieux de vice

     

     et les boxons mal famés.

     

    J’ai exploré les charniers

     

    de toutes les guerres,

     

    rampé sous les barbelés

     

    campé dans les ossuaires...

     

    J’ai rompu mes amarres

     

    et quitté mon pays,

     

    j’ai bu dans les mares

     

    de contrées inconnues

     

    où les miasmes délétères

     

    attendaient ma venue.

     

    Nulle part, nulle part,

     

    Nulle part

     

    Je n’ai vu ton visage.

     

    Alors, je suis revenu

     

    De mon terrible voyage.

     

     

     

     

    Et tu m’attendais. Là.

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Pourquoi avoir choisi cette ville ?

     

    Des raisons, j'en ai cent, j'en ai mille !

     

    À Ambert

     

     

     

    Parfois des brumes matinales

     

    traînent en prémices hivernales

     

    à Ambert

     

     

     

    L'église dresse son épais clocher

     

    place saint-Jean, place du marché

     

    à Ambert

     

     

     

    En allant chercher mon pain

     

    je vois la dame au chien

     

    à Ambert

     

     

     

    Maison de la presse, les journaux

     

    sourires, on échange quelques mots

     

    à Ambert

     

     

     

    La bibli avec tous ses livres

     

    la lecture m'aide bien à vivre

     

    à Ambert

     

     

     

    C'est une ambiance calme et douce

     

    comme dans un écrin, une housse

     

    à Ambert

     

     

     

    Voilà pourquoi je m'y sens bien

     

    car c'est ma force, mon quotidien

     

    à Ambert

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    Médicaments, pilules, potions ?

     

    Avec le sourire elle s'enquiert.

     

    Rieuse et douce, voici Marion.

     

    Ici, elle trouve sur l'étagère,

     

    où se cachait le petit flacon,

     

    Nos médications, quelle nous sert.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • En hommage aux victimes de tous les attentats :

     

    ATTENTAT

     

     

     

     

     

    Comment dire l'indicible ?

     

    Car la douleur vient

     

    quand on prend pour cibles

     

    nos frères, les humbles gens.

     

     

     

     

     

    Un meurtrier joue aux quilles

     

    avec des êtres humains,

     

    le monde tremble et vacille,

     

    de quoi sera fait demain ?

     

     

     

     

     

    on ne peut croire ses yeux

     

    devant de telles atrocités,

     

    des actes si monstrueux

     

    qui ensanglantent nos cités.

     

     

     

     

     

    Quand azur et sang se mêlent

     

    ( brèche dans l'humanité )

     

    retrouvons les mots rebelles

     

    que sont union et fraternité.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Gérard Paturaud

     

    18/7/2016

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Ce matin, je me suis levé tôt, comme d'habitude. Coup d’œil dans la salle à manger : les chiffres rouges, sur ma box, affichaient 5h39. Tournant la tête à gauche, dans la cuisine, j'ai vu que les chiffres verts de la gazinière proposaient 5h43 ! Je venais de faire un bond de 4 minutes dans le futur ! Un petit bond pour moi, mais un grand sot pour l'Humanité…
    … Et puis mon épouse m'a dit que j'étais encore dans la lune, et qu'il faudrait que je redescende sur terre…
    C'est ce que j'ai fait. Demain, en inversant certains paramètres, j'essaierais d'aller dans le passé.

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires