• Parfois quand on vit vieux

    on croit être immortel

    s'imaginer comme Dieu

    c'est rester éternel

     

    Mais viennent les douleurs

    qui mordent les chairs

    et allongent les heures

    contre ça rien à faire

     

    Je me voyais centenaire

    insensible au temps qui passe

    mais je suis tributaire

    des ennuis qui lassent

     

    Le souffle de l'éternité

    Ô Dérision !

    Devenu vent de sénilité

    consternation ...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Marsac, du canton d'Ambert,

    bourdonne et bruisse d'activité.

    Blottie dans son cadre vert,

    elle réunit d'autres cités.

     

     

    Car Marsac n'est pas unique

    bien qu'elle soit singulière,

    d'autres villes homonymes

    portent ce nom, en sont fières.

     

     

    Chacune a son petit clocher,

    son manoir, son château,

    peut-être aussi son plan d'eau,

    des prés, des bois, des rochers ...

     

     

    Les Marsac ont leur image

    et tout ce qui leur plaît

    c'est voir leur visage

    en de multiples reflets.

     

     

    Marsac est plurielle,

    ses échos renouvelés

    rendent essentielle

    cette solide amitié.

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Il est une femme belle

    Soprane à Cantadore

    Artiste aux doigts d'or

    Bien dans sa peau rebelle

    Et qui a le regard bleu

    Le sourire lumineux

    Le cœur sur la main

    Et le sens de l'humain

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Arlanc le soir

    s'est assoupie

    reflet de moire

    comme un répit

     

     

    le bourg s'endort

    la nue obscure

    veille la Dolore

    et son murmure

     

    sur les pâtures

    le ciel s'allume

    sur les toitures

    éclats de lune

     

    et tout s'éteint

    sauf la nature

    car le jardin

    est son augure

     

    et contre les pleurs

    contre les chagrins

    il y aura des fleurs

    belles dans leur écrin

     

     

    GROUGE

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Si l'on n'est plus que mille, eh bien, j'en suis ! Si même
    Ils ne sont plus que cent, je brave encor Sylla ;
    S'il en demeure dix, je serai le dixième ;
    Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là !

     

    Victor Hugo, Ultima verba (les châtiments)

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique