•  

     

    Dans la lumière diaprée

    en ce matin frisquet,

    par les bois, par les prés,

    contournant les bosquets,

     

     

    ils sont partis légers

    gravissant les collines,

    laissant ici Gégé

    sa douleur et son spleen …

     

     

    les silhouettes fondent

    au soleil matinal

    et la lumière abonde

    en cette saturnale.

     

     

    La journée sera belle,

    un élan impromptu

    couleur mirabelle,

    t'en souviendras-tu ?

     

     

     

     

     

    Gérard Paturaud, 7 octobre 2017

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Dans le jardin des mots

    où rêveur je me balade,

    j'en cueille des anormaux

    ils semblent  malades.

     

    Des mots fleurissent

    en bouquets flamboyants

    mais d'autres  dépérissent

    et meurent lentement.

     

    Ceux que le temps attaque,

    ceux que le temps mutile,

    n'ont pas supporté le ressac

    incessant des paroles inutiles.

     

     Voilà le mot « ESPOIR »

    qui devait rallumer les étoiles

    il est  dans le brouillard

    dépouillé jusqu'à la moëlle.

     

     le mot « FRATERNITÉ »

     n'a plus guère de sens

    il est dépoli et tout mité,

    ayant perdu sa puissance.

     

    J'ai cueilli le mot « RÊVE »

    qui fait chanter les lendemains,

    aujourd'hui il fait la grêve,

    en serrant très fort le poing.

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  Bon sang ! Mais c'est de moi qu'Il parle encore ! Je dois me regarder dans le miroir : Je suis un peu illettré (j'ai quitté l 'école à 14 ans pour aller bosser) je suis alcoolo (je tiens à mon petit whisky dominical) fainéant (j'ai pris ma retraite à 58 ans par un accord d'entreprise) et en plus je suis cyniquement extrême : j'aimerais remplacer le capitalisme par un autre système économique !

     

    Bon ! Puisque mon âme est perdue, je vais soutenir ceux qui luttent contre ce qu'Il appelle une réforme.

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • gris trop luisant

    l'asphalte mouillé

    peau de requin blanc

    serpente et fouille

     

     

    éparpille les gouttes

    pulvérisées incapables

    de glisser sur la route

    devenue improbable

     

     

    c'est déjà l'automne

    qui nous surprend

    et nous assomme

     de pluie et de vent

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Dimanche matin

    route de Marsac

    marche un pèlerin

    lesté d'un havresac.

     

    Venu des Pays-Bas

    il se fait la belle,

    avec tout son barda

    il rejoins Compostelle.

     

    Son regard brille,

    pas un poil de gras

    sur son torse plat

    où gît une coquille.

     

    Sur sa route initiatique

    Il propose une trêve

    avec son maigre viatique

    dans son marche ou rêve.

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique