• Hollande, Jaurès, même combat ?

     

    Le président se rendait sur les terres du grand homme le jour même où son gouvernement entérinait, avec un cynisme confondant, un plan d’économies et de rigueur qui contredit tout esprit authentiquement de gauche. Hollande lui-même a sûrement mesuré l’écart entre ses pathétiques tentatives d’explications et la réalité vécue. Il a essuyé la colère. Il a été sifflé au pays de Jaurès.

     

    Comme si une justice immanente s’abattait sur ses frêles épaules à force d’avoir sacrifié le souffle de l’Histoire sur l’autel du traité Sarkozy-Merkel. Qui aurait cru cela possible il y a deux ans ? Il avait alors annoncé qu’il s’attaquerait à la finance et à Bruxelles.

     

    Ne restent que le souvenir et les ruines de sa politique libérale. Hier, une dame lui a crié : « Vous êtes venus ici il y a deux ans, et depuis vous ne tenez pas vos promesses. Jaurès ne parlait pas comme vous ! » Et qu’a répondu le chef de l’État lors de son discours, à deux pas de la statue de Jaurès ? Ceci : « On m’avait dit : si vous voulez gagner l’élection présidentielle, vous devez venir à Carmaux. Je n’avais pas le choix. » Les mots ont fini par pénétrer notre cerveau ; puis notre plume est restée suspendue d’effroi. C’était donc ça ? Gagner pour gagner. Qu’importe le reste.
    Oui, hier, il y a eu comme de la profanation à voir le président récupérer Jaurès en pareil moment. La leçon de choses était là, sous nos yeux atterrés. En ces heures crépusculaires, où la solidarité de tous les progressistes devrait être le devoir le plus étroit afin d’entamer sans merci une bataille populaire d’ampleur, tous les chemins doivent être maintenant utilisés pour ranimer l’idée d’une gauche, une vraie gauche ferme sur ses principes jaurésiens, qui ne s’allonge pas aux pieds du capital ni n’oublie le peuple qui souffre.

     

    Par Jean-Emmanuel Ducoin (extrait de l'édito de l'Huma du 24 avril)

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Vendredi 25 Avril 2014 à 08:52
    Arthurin

    Combien de fois n'avons nous dit que le PS est un usurpateur, depuis bien avant sa création ; il ne reste rien de gauche à la SFIO en 69 et il n'y a rien de gauche dans les clubs de réflexions d'où naitra le PS et quand bien même ceux de gauche qui se trouvaient là furent balayés au tournant de la rigueur en 83.


    Partant de là il ne reste de toutes façon que le clientélisme au PS, le fond est libéral, preuve en est, s'il en fallait.


    Ce n'est donc pas "comme" de la profanation.

    2
    Vendredi 25 Avril 2014 à 12:06

    Oui, et il reste encore bien des illusions parmi le "peuple de gauche"

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :