• L'âne de Buridan

    Une citation plus que jamais pertinente, celle de Jean Jaurès, est publiée ce matin dans l'Huma, la voici :

     

    "Tout homme sensé est obligé de reconnaître aujourd'hui qu'une transformation profonde est inévitable. Ce ne sont pas ceux qui la préparent qui sont dangereux. Ce sont ceux qui la nient ou qui tentent de s'y opposer."

     

    Cela veut dire aussi que nous sommes dans la même situation qu'au début du 20ème siècle, en attente de ce grand changement qui tarde à venir.

    Au cours du siècle écoulé, il y a eu des avancées (Front populaire de 1936, front syndical de 1968) mais depuis nous avons régressé, pour un retour à la case départ, la servitude devant la grande finance.

    Depuis 2008, un espoir se lève : la constitution d'un nouveau front qui devrait prendre de la force et du volume pour éviter ce qui vient de se passer dans l'Oise, une élection désertée par tout l'électorat de gauche qui laisse au 2ème tour le FN et l'UMP se disputer la place.

    Si toutes les composantes du Front de Gauche ne veillent pas à la solidité des liens qui les unissent, si les divergences prennent le pas sur ce qui nous rassemble, alors ce changement se produira aux calendes grecques…

    L'avenir est dans le développement du Front de gauche, pas dans les alliances locales surannées avec les soutiens de l'actuel gouvernement. Celui-ci est en échec, et c'était prévisible, car il fait la même chose que celui qui vient d'être balayé récemment par le peuple.

    Et j'ai bien peur que le PC, partie prenante du FdG, mais qui lorgne également vers les socialistes, soit comme l'âne de Buridan, incapable de choisir entre le picotin d'avoine et le seau d'eau, entre le changement réel et le sauvetage de quelques postes d'élus…

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :