• Au fond des bois

     

    Le silence des bois

    réjouit mon cœur.

    Au loin un faible aboi

    comme un écho moqueur.

     

    Des cépées arrondies,

    cages grand ouvertes,

    sous le couvert assourdi

    de la futaie verte.

     

    On imagine les dryades,

    les satyres et les faunes...

    Le cœur bat la chamade

    et la peur fait rire jaune.

    Au fond des bois

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    La neige toujours émerveille

     

    et là, sur la place Saint-Jean

     

     

    des arbres décharnés veillent,

     

    tout endiamantés d'argent.

     

     

     

    Plus aucun oiseau ne trille

     

    dans les arbres déguisés d'Ambert.

     

    Leurs branches effeuillées brillent,

     

    cheveux bleutés des grand-mères.

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Samedi 18 novembre, de 9 à 12 heures
    hall entre médiathèque et cinéma
    
    AMBERT CROQUÉ SUR  LE  VIF
    en 15 tableautins

    Opération Carte Blanche


    Illustrations de Guy Nouvel sur des textes de Gérard Paturaud AVEC DE VRAIS MORCEAUX D'AMBERT DEDANS 
    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  



    La gloire était leur nourriture.

    Ils étaient sans pain, sans souliers.

    La nuit, ils couchaient à la dure

    Avec leur sac pour seul oreiller.

     

    (tiré de la chanson « Le régiment de Sambre et Meuse »)

     

     

     

    Régiment de Meuse et Sambre,

    pleine cargaison de soldats morts,

    de ceux que l'on fête en novembre

    à coups de clairon, mais trop fort

     

    Et toutes ces croix de pierre

    surmontant les mausolées

    dressés dans les cimetières

     crient leurs suppliques désolées.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Neige, froid,

    mais c'est l'effroi.

    Vent, pluie,

    souvent je plie.

    Pain sous le bras

    je marche droit.

    Météo, mets tes bas,

     

    et puis oublie ça.

    Partager via Gmail

    votre commentaire